Vous êtes ici:
  1. Accueil
  2. Activités
  3. Documents pour l’Histoire de l’Europe
  4. Fondation des Archives de la Couronne d’Aragon (1318)

Fondation des Archives de la Couronne d’Aragon (1318)

Document fondateur de l'ACA

Des archives dispersées

Dans toute l’Europe chrétienne médiévale du XIème au XIIIème siècle, les rois gardaient leurs documents un peu partout, dans les églises et les monastères de leur confiance ou de leur dévotion, sans dépôt central. C’était ainsi dans la Couronne d’Aragon mais avec une particularité. Dans l’un de ses états, la Catalogne, la pertinence du droit romain avec les lois gothiques du Haut Moyen Age avait donné une grande importance à la consignation par écrit des faits et des actes juridiques pour leur récupération postérieure.

À la moitié du XIIIème siècle, les domaines de la Couronne d’Aragon s’étant agrandis, les nouvelles de leurs archives avec la documentation des rois commençaient à proliférer. Il y avait des dépôts de documentation dans les monastères de Sijena et de San Juan de la Peña, en Aragon, et aussi à Barcelone, dans la maison de l’ordre de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, dans celle du Temple ou dans le Palais royal de la ville. Au début du XIVème siècle, la documentation généré par les bureaux du roi avait grandi considérablement, et aussi leur complexité.

Tout ceci n’était pas très différent de ce qui se passait dans les autres monarchies européennes. Mais le contact avec la Sicile n’eut pas que des conséquences politiques. Le fils cadet de Pierre III le Grand, Jacques II le Juste (1291-1327), avait gouverné quelques années le royaume de Sicile, où s’étaient développées certaines des pratiques administratives et bureaucratiques les plus avancées de l’époque, et où l’empereur Frédéric II (I de Sicile) (1194-1250) avait adopté des mesures législatives précoces concernant les documents conservés ans les archives.

Le mandat du roi

Quand à la mort de son frère Alphonse (1285-1291), Jacques II est revenu prendre en charge les royaumes ibériques de la Couronne d’Aragon, il avait, grâce à son expérience dans l’île, une idée très précise de la valeur des documents et de leur utilisation comme base du pouvoir (dans les relations internationales et dans le gouvernement interne de ses royaumes). En juillet 1318, il ordonna que l’une des chambres du Palais Royal de Barcelone, libérée par l’agrandissement de la chapelle palatine, serait destinée à ses archives. C’est ainsi que sont nées les Archives de la Couronne d’Aragon, situées sur la barcelonaise Place du Roi, où, encore aujourd’hui sept cent après, elles ont leur siège historique.

Nous connaissons l’ordre verbal du roi Jacques II par un document de mai 1319, expliquant les frais de la construction et de l’adaptation des pièces pour y garder les archives, situées dans l’avant salle de la chapelle de Sainte-Agathe. En 1346, el roi Pierre le Ceremonieux nomma à son écrivain public Pere Perseya, premier archiviste royal, avec ce titre, un poste qui a été couvert depuis sans interruption.

(ACA, Real Patrimonio, Maestre Racional, Volúmenes, Serie general, 627, f. 137v-138r)

Subir