Vous êtes ici:
  1. Accueil
  2. Activités
  3. Documents pour l’Histoire de l’Europe
  4. Testament de Ferdinand II le Catholique: Madrigalejo, 22 janvier 1516

Testament de Ferdinand II le Catholique: Madrigalejo, 22 janvier 1516

Le testament

La veille de sa mort, gravement malade, Ferdinand II d’Aragon rédigea un testament à Madrigalejo (Caceres) en possession du protonotaire Miguel Velázquez Climente. Ce testament révoquait toutes les autres dernières volontés, avec une mention spéciale aux deux testaments signés et scellés que le roi avait déchirés et dont il ne devait rester aucune note ni transfert, le souverain dispose d’agir comme le reste des mortels, il cite ses enfants, nomment des exécuteurs testamentaires et commande certaines actions pour la rédemption de son âme et celle de sa première épouse Isabelle. Il se souvient des grandes dépenses faites dans la conquête et la récupération du royaume de Naples, il assigne certaines quantités pour la rédemption de prisonniers, le placement d’orphelin dans des familles, et des aumônes pour les pauvres, et il énumère les ouvrages construits pour la rédemption de son âme. Il charge ses enfants Jeanc et Isabelle de réviser l’exécution des exigences, il mentionne satisfaire les dotes de ses filles Marie et Catherine, reines consorts du Portugal et d’Angleterre respectivement, les biens et les rentes assignées à son épouse Germaine de Foix et aux reines de Naples, sa sœur et sa nièce, et à son petit-fils Ferdinand, et pardonne à son neveu prisonnier à Xàtiva.Salto de línea Le roi meurt au petit matin le 23 janvier 1516. Le 24 Germaine écrit aux députés catalans et leur communique la nouvelle en signant de sa main “la reine triste”.

La succession

Dans les territoires de la Couronne de Castille (y compris le royaume de Navarre, incorporé récemment) où il régnait déjà et dans ceux de la Couronne d’Aragon (y compris le royaume de Naples incorporé récemment et les comtés du Roussillon et la Sardaigne), les villes de Bougia, d’Alger et de Tripoli et les territoires des Indes de la Mer Océan, Ferdinand nomma comme héritière sa fille Jeanne, et gouverneur en son nom le prince Charles. Il dispose que le testament serve de supplément d’âge du prince, pour que celui-ci puisse régner et gouverner. Il charge les exécuteurs testamentaires d’écrire aux territoires pour que le prince revienne rapidement des Flandres à la péninsule.

L’union dynastique

Le testament et la mort subite Ferdinand II d’Aragon supposent un changement dans la carte dynastique européenne en unissant les deux couronnes hispaniques en une seule personne incarnée en Charles, et la transcendance de cette dynastie sur le reste du continent et du monde connu. Le prince est le fils de Jeanne de Castille et de Philippe de Bourgogne, petit-fils des rois Isabelle et Ferdinand de Castille et Aragon et de l’empereur Maximilian I et Marie de Bourgogne. C’est donc le premier Habsbourg espagnol, le futur empereur du Sacré Empire Romain, le roi des domaines où le soleil ne se couchait jamais.

Salto de línea ACA, Cancillería, Registros, 3.604, fol. 274r-290rSalto de línea ACA, Colecciones, Autógrafos, I-1-p (b)

Subir