Vous êtes ici:
  1. Accueil
  2. Activités
  3. Documents pour l’Histoire de l’Europe
  4. L'Union des Royaumes (1319)

Retourner

L'Union des Royaumes (1319)

Privilège de l'Union des Royaumes Pulse para ampliar

Privilège de l'Union des royaumes d'Aragon, de Valence, de Majorque et du comté de Barcelone

La formation et la nature de la Couronne d'Aragon ont toujours soulevé des problèmes et engendré des discussions historiographiques animées. L'un des points les plus controversés réside dans la nature de la « monarchie composite » (selon la terminologie du professeur John Elliott, aujourd'hui universellement employée) que fut la Couronne d'Aragon. De nombreux spécialistes ont écrit sur ce sujet. Aujourd'hui, l’opinion la plus répandue est qu'il s'agissait d'une union dynastique de royaumes et de principautés hétérogènes (Catalogne, Aragon, Valence, Majorque, Sardaigne, Sicile, Naples, Roussillon, Cerdagne et autres) liés par le fait qu'ils possédaient un même souverain dans une même dynastie. Mais ce fait n'expliquerait pas à lui seul pourquoi la Couronne d'Aragon a survécu en restant unie pendant tant de siècles. Il existe des causes plus profondes. L'une d'elles est d'une nature strictement juridique et nous sommes sur le point de commémorer son centenaire.

Contenu de la disposition

Le 14 décembre 1319, à l'époque du Parlement de Tarragone, le roi Jacques II le Juste a promulgué un décret ou une loi qui a eu une importance exceptionnelle pendant des siècles. Pour justifier sa motivation, le roi et ses juristes ont invoqué dans son préambule l'autorité de l'Évangile, où Jésus prophétisait que « tout royaume divisé contre lui-même est dévasté » (Matthieu 12.25; Luc 11.17). Par conséquent, poursuivait Jacques II, tous les royaumes doivent rester unis et indivisibles afin que leur force soit capable de défendre la justice, sans laquelle les pays périssent, et afin qu'avec leur force à tous, leurs habitants puissent mieux se défendre contre leurs ennemis et que la chose publique soit préservée. Par le passé, les parents du monarque avaient essayé de séparer les royaumes d'Aragon et de Valence et le comté de Barcelone, ce qui a causé de grands dégâts. Ainsi, Jacques II, pour le bien de ses sujets, a ordonné que désormais ces royaumes d'Aragon et de Valence et le comté de Barcelone, ainsi que ses droits dans le royaume de Majorque, les comtés de Roussillon et de Cerdagne, et d'autres territoires, restent toujours unis et sous une même domination, sans qu'ils puissent être séparés pour aucune raison ou sous aucune excuse. Entre autres mesures, il a également obligé ses successeurs à jurer de respecter ce décret au début de leur règne et a déclaré nulle toute disposition susceptible d'être prise à son encontre. Enfin, pour conserver le souvenir éternel de cette loi, le roi a ordonné l'envoi de quatre exemplaires, l'un devant être conservé aux Archives royales (aujourd'hui Archives de la Couronne d'Aragon) et les trois autres dans les conseils municipaux des villes de Saragosse, Valence et Barcelone, respectivement à la tête du royaume d'Aragon, du royaume de Valence et de la Principauté de Catalogne.

Contexte et signification

Cette loi de Jacques II a été adoptée après la mauvaise expérience à la mort de Jacques Ier le Conquérant, qui, dans son testament, a divisé les royaumes entre ses fils, ce qui s'est produit de nouveau à la mort de Pierre le Grand, le père de Jacques II. Précisément, au cours des derniers mois de 1319, une crise politique de premier ordre s'est produite en raison de la renonciation soudaine à la couronne de l'aîné de Jacques II, l'infant Jacques. Avec ce décret, la volonté des souverains de disposer de leurs royaumes a été strictement limitée et subordonnée à une norme juridique de nature irrévocable. Son importance découlait du fait juridique qu'il a transformé une simple agrégation personnelle de royaumes et de principautés en une entité politique substantielle. Tout n'était pas dû à cette loi ou à ce décret, mais son approbation a fermement contribué à donner à la Couronne d'Aragon une cohérence juridique qui lui manquait auparavant.

Bien qu'il s'agissait à proprement parler d'un décret ou d'un édit, il était connu sous le nom de « privilège de l'union des royaumes » ou de « non-séparation des royaumes ». À l'époque médiévale, on lui accordait une grande importance. Quelques mois après sa promulgation à la fin de l'année 1319, lors du Parlement de Saragosse de 1320, convoqué par le roi Jacques II pour que les prélats, les riches, les chevaliers, les nobles et les procureurs des villes et des bourgs du royaume prêtent serment d'allégeance à son fils l'infant Alphonse comme héritier et successeur de la couronne après la renonciation de l'infant Jacques, l'infant Alfonso a fait à son tour le serment de respecter ce privilège. Une fois monarque, Alphonse le Bénin a confirmé le décret en 1329, à la demande du Parlement de Valence. Depuis lors, et jusqu'à Ferdinand le Catholique, tous les rois d'Aragon l'ont confirmé au début de leur règne. Ils l'ont fait devant les Cortes et à la demande des parlements. Même à l'époque moderne, il a conservé sa force juridique. C'est pour cette raison qu'il a été inclus dans les répertoires de documents établis par ordre de Philippe II entre 1582 et 1590, appelés « Liber patrimonii regii », connus en raison de leur taille sous le nom de « Mulasses » et inscrits dans les Archives à la fin du XVIe siècle, indiquant également toutes les confirmations faites par les souverains jusqu'à Alphonse le Magnanime. En 1627, les députés de Catalogne l'ont invoqué pour s'opposer à la demande présentée par la ville de Perpignan en son nom et au nom des comtés de Roussillon et de Cerdagne de « faire un royaume et une province en soi » et d'être ainsi exemptée de la juridiction du vice-roi et du Conseil royal de la principauté de Catalogne, et du paiement des généralités au Députation de la principauté (Memorial o discurso hecho por el Principado de Cathalvña en respvesta de otro hecho por la villa de Perpiñan en su nombre, y de los Condados de Rossellon y Cerdaña, sobre la desunion y separacion de los dichos condados, que se pide à su Magestad, 1627).

En raison de son importance, de nombreux historiens ont considéré ce décret comme la base légale de l'union de l'Aragon, de Valence et de la Catalogne. L'un des premiers a été l'archiviste Pere Miquel Carbonell, qui, avec les noces de Pétronille et de Raimond-Bérenger IV, l'a mentionné comme document fondateur de la Couronne (Chroniques de Espanya, Barcelone, 1546, p. 45v). Il a été inclus dans la compilation législative de Valence intitulée Aureum opus regalium privilegiorum civitatis et regni Valentie, Valence, 1515, p. 63r-64r. Jerónimo Zurita a également reconnu sa transcendance (Indices rerum ab Aragoniae regibus gestarum an initiis regni ad annum MCDX, Saragosse, 1578, p. 234; traduit par Gestas de los Reyes de Aragón, éd. A. Canellas López, Saragosse, 1984, vol. 2, p. 47; et dans Anales de la Corona de Aragón, livre VI, chap. XXXVI, éd. A. Canellas López, Zaragoza, 1978, vol. 3, p. 133). Ou, pour citer un autre exemple plus récent, José Morales Santisteban l'a utilisé dans son ouvrage, Consideraciones sobre la organización política y social de España en los diferentes períodos de su historia (publié par Eugenio de Ochoa, Apuntes para una biblioteca de escritores españoles contemporáneos, t. II, Paris, 1840, p. 551).

Le privilège dans l’ACA

Le document original a été déposé dans un registre de la série Gratiarum de Jacques II (actuellement avec la référence ACA,CHANCELLERIE,Registres,NÚM.217, f. 224r-225r) et dans un autre registre de nature diverse commencé par la Chancellerie en 1291 pour compiler des documents présentant un intérêt pour la monarchie (actuellement avec la référence ACA,CHANCELLERIE,Registres,NÚM. 25, f. 159v-160r). Le décret ordonnait l'envoi de quatre exemplaires qui devaient être déposés aux Archives royales (aujourd'hui Archives de la Couronne d'Aragon) et dans les conseils municipaux de Barcelone, Valence et Saragosse. Cela a été fait, comme l'indiquent les notes des registres de la Chancellerie. Pere Miquel Carbonell a pu voir le parchemin des Archives royales, comme il l'a écrit dans ses Chroniques de Espanya, Barcelone, 1546, p. 45v. (« de la qual unio hi ha recondite en lo Real Archiu de Barcelona un privilege ho instrument ab segell real pendent plumba e fermat per lo rey en Jacme segon, datum Tarracone nonodecimo chalendas januarii anno domini M.CCC.nonodecimo »), mais il n'a pas été conservé, et celui de Saragosse non plus. En revanche, celui de Barcelone a été conservé, sans le sceau, dans les Archives Historiques de la Ville (M. Cinta Mañé, Catàleg dels pergamins municipals de Barcelona. Anys 885-1334, vol. I, Barcelone, 2005, doc. 297, avec la référence IA-289) et celui de Valence également (Archives Municipales de Valence, Privilegios de Jaime II, num. 16).

Transcription et traduction partielle PDF

Bibliographie PDF

Lien vers PARES Nueva ventana

Subir